Fête nationale

Editorial du COM.LE du Képi blanc N° 746

Cette année encore, la Légion étrangère était au rendez-vous avec les Français sur les Champs-Élysées pour le défilé du 14-juillet. Les Parisiens ont applaudi avec un enthousiasme renouvelé ces étrangers avançant d'un pas lent. Bien sûr, ils applaudissaient les légionnaires impeccablement alignés. Mais ils exprimaient également la reconnaissance de tous les Français à l'égard de cet engagement incroyable au service de notre pays. Et intérieurement, les légionnaires qui défilaient pour la première fois ont senti, à travers l'ovation qui les accompagnait, la force de leur engagement au service de la France.

La veille du défilé, le 13 juillet, la Légion étrangère se présentait dans ce cadre prestigieux des jardins du Palais du Luxembourg qui accueille le Sénat, à l'occasion d'une prise d'armes éclatante au cours de laquelle une section d'engagés volontaires a coiffé son képi blanc.

Ce fut une occasion exceptionnelle pour m'adresser à ces engagés volontaires, en présence de monsieur Jean-Pierre Bel, président du Sénat qui nous accueillait, de sénateurs et de nombreux amis de la Légion étrangères et anciens, venus pour la circonstance :

"Ordre du jour numéro 8,

Engagés volontaires du 4e Régiment étranger, voici quelques semaines, vous avez frappé librement à la porte, vous avez volontairement fait ce choix exigeant de vous engager dans les rangs de la Légion étrangère. Dans quelques instants, vous allez coiffer le képi blanc que vous avez mérité.

Dès lors, le regard des autres va changer. Pour les Français, ceinture bleue, képi blanc et épaulettes rouges sont le symbole de l'abnégation et du courage, le signe de l'engagement le plus fort, celui d'étrangers au service de notre pays.

Personne ne peut dire ce que chacun d'entre vous est venu chercher à la Légion étrangère, et au fond, personne n'en a le droit. C'est l'une de nos traditions les mieux établies. L'engagement à la Légion étrangère reste un acte individuel, une démarche personnelle.

Pour certains, désir d'aventure, pour d'autres, détermination à refaire leur vie, pour d'autres encore, volonté de quitter un pays, un milieu où la vie était simplement devenue impossible. Il y autant de raisons qu'il y a de légionnaires.

Et cet engagement à la Légion se renouvelle et se transforme. On n'y reste pas nécessairement pour les mêmes raisons que celles qui ont conduit à y venir. On y apprend beaucoup sur soi et sur les autres. Après des années, on devient, en suivant l'exemple de ses aînés, un légionnaire mu par l'honneur et la fidélité que vous allez promettre aujourd'hui.

Ce que vous allez trouver dans nos rangs, c'est le service de la France, ce pays qui n'est pas le vôtre, partout où il sera décidé de vous envoyer. Des batailles de l'Argonne à Bir Hakeim, de l'Indochine à l'Afghanistan, de Colmar à Sarajevo, chaque fois que c'était dur et que son destin historique ou son rang étaient en jeu, la France a envoyé en première ligne, ses volontaires étrangers.

En contrepartie de cet engagement exceptionnel qui est allé jusqu'au sacrifice de leur vie pour plus de 35 000 de vos aînés, la France vous honore. Elle vous accueille aujourd'hui. La qualité de vos services permettra à ceux qui le demanderont, de devenir Français. Et si l'un d'entre vous est blessé au combat, il pourra bénéficier d'un droit unique, celui de devenir Français "Par le sang versé".

Si la légion étrangère fait figure d'exemple, c'est parce que la destinée de chacun d'entre vous est une destinée exemplaire. Elle vous apprend que rien n'est jamais joué, que rien n'est jamais perdu.

Et aux citoyens français, elle montre que la France est fi dèle à ceux qui se donnent à elle et y engagent leur vie en faisant comme vous aujourd'hui, ce choix d'un nouveau départ. Cette cérémonie, marque la première étape de votre vie de légionnaires. Votre serment, prononcé devant le Président du Sénat, nous rappelle que l'existence de la Légion étrangère est le fruit d'une décision renouvelée du législateur, de la Nation.

Les légionnaires qui vous entourent en cet instant solennel et qui défileront sur les Champs-Élysées portent déjà ce képi blanc que vous allez coiffer. Demain, les applaudissements des Français viendront témoigner de la reconnaissance de notre pays pour la démarche que vous avez le courage d'entreprendre à son service."

| Ref : 271 | Date : 31-07-2012 | 15197