LE

Adjudant Andreï JOUK 2e REG Mort pour la France Le 25 novembre 2019.

Retour
| 16 Décembre 2020 | 1175 vues

L’adjudant Andreï JOUK du 2e régiment étranger de génie est mort pour la France dans l’accomplissement de sa mission au sein de l’opération Barkhane.

Âgé de 43 ans, l’adjudant Andreï Jouk a rejoint les rangs de la Légion étrangère il y a près de 11 ans.

Souscrivant un premier contrat de cinq ans le 30 janvier 2008, il effectue sa formation initiale au 4e régiment étranger de Castelnaudary.

À l’issue de son instruction, figurant parmi les meilleurs, il choisit de rejoindre le 2e régiment étranger de génie de Saint-Christol en juin 2008. Sapeur d’assaut, rustique et endurant, il s’impose aisément et s’intègre parfaitement au sein de sa section. Titulaire de la distinction de légionnaire de 1re classe en janvier 2009, il est rapidement désigné pour effectuer une formation générale élémentaire. Il est nommé caporal le 1er février 2010.

Poursuivant un parcours remarquable, il est un chef d’équipe et un légionnaire de montagne discipliné. Il intègre ainsi tout naturellement le corps des sous-officiers à compter de septembre 2011. Le 1er janvier 2018, il est promu au grade de sergent-chef.

Sur le territoire national comme en opérations extérieures, il fait preuve d’un comportement exemplaire. Son goût pour l’engagement et l’action, son esprit d’équipe et ses qualités exceptionnelles en montagne lui permettent de réussir brillamment, en 2016, les tests de sélection qui lui ouvrent la porte de la section de recherche et d’intervention offensive. Il suit alors une formation de commando, acquérant compétences et aptitudes de spécialiste génie, mais également les savoir-faire propres à l’infiltration en haute montagne. Il rejoint alors le groupement de commandos de montagne, de la 27e brigade d’infanterie de montagne.

Il a effectué trois opérations extérieures : une en Afghanistan au sein de l’opération Pamir de décembre 2010 à avril 2011, puis deux au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane de janvier à mai 2018 et de septembre 2018 à janvier 2019.

Il a également été projeté à quatre reprises à Djibouti, au sein de la 13e demi-brigade de Légion étrangère, entre 2009 et 2014 mais aussi mission de courte durée en Guyane de septembre 2015 à mars 2016.

L’adjudant Andreï Jouk est titulaire de la Croix de la Valeur militaire avec étoile de bronze, de la croix du combattant, de la médaille de la reconnaissance française, de la médaille d’outre-mer avec agrafe ”Sahel”, de la médaille de la défense nationale échelon Argent, de la médaille commémorative française avec agrafe ”Afghanistan”, de la médaille de la protection militaire du territoire avec agrafe ”Harpie”. Il est titulaire de la Croix de la Valeur militaire et chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume.

Marié et père de quatre enfants, l’adjudant Andreï Jouk est mort pour la France.