Qu'est-ce qui se cache derrière l'acronyme SAMLE ?

La SAMLE, une association 1901, en soutien des actions du Musée de la Légion étrangère. Une mission difficile, une nécessité pour le musée : trouver de nouvelles formes de financement.

Modifié le 22/06/2018 à 08:45 | DRP

 

 La SAMLE : une réponse à un besoin 

En 1934, la Salle d’honneur du 1er régiment étranger devient le « Musée de la Légion étrangère » à Sidi-Bel-Abbès. Quelques vingt années plus tard, le Service du moral et des œuvres de la Légion étrangère (SMOLE), fondé en 1953, prend en charge son soutien financier, marquant ainsi tout l'intérêt que la Légion porte à son patrimoine et au devoir de mémoire. En 1966, et après 3 ans de travaux, le nouveau Musée de la Légion étrangère est inauguré à Aubagne où il s'est installé après le départ de l'Algérie. Le Service du moral et foyer d’entraide de la Légion étrangère (SM/FELE) a repris légitimement la mission de soutien du SMOLE, à qui il a succédé en 1965.

Mais en 2002, le ministère de la défense décide de séparer les domaines sociaux et culturels que soutenait jusqu'alors le SM/FELE. Avec ce changement de statut, le nouveau foyer d'entraide de la Légion étrangère (FELE) conserve la responsabilité de l'action sociale et c'est la division rayonnement et patrimoine de la Légion étrangère (DRPLE) qui prend en charge la partie culturelle, patrimoniale et rayonnement de la Légion étrangère. Cette redistribution des rôles a généré une réflexion globale sur une nouvelle politique de financement des ambitions de la Légion dans la domaine culturel (patrimoine, évènementiel).

Le FELE garde toujours une capacité majeure à répondre financièrement aux expressions de besoins de le DRP pour le financement des actions relatives à la mémoire de la Légion étrangère. Par ailleurs les crédits délégués des organismes du Ministères des Armées (SIRPAT, DELPAT,…) participent à la construction d’un budget minimum pour des opérations traditionnelles d’opérations de relations publiques et de valorisation du patrimoine (acquisition, exposition).

Rapidement ce budget s’avère en deçà des ambitions de la Légion étrangère, grande institution de la France, qui affirme une identité spécifique et la volonté d’offrir une programmation dynamique autour de son musée, de son patrimoine. La nécessité d’organiser des levées de fonds a fait rapidement jour.

La Société des amis du musée de la Légion étrangère (SAMLE), a déposé ses statuts (4 mars 2003, en préfecture des Bouches du Rhône) pour répondre à l’attente d’un budget non pas strictement nécessaire, mais aligné sur les ambitions de la Légion. Elle aura pour mission d'organiser les levées de fonds nécessaires au soutien des actions du Musée décidées par le COMLE. Immédiatement, le projet d'extension du Musée (+ 1 000 m2), prend jour après presque dix ans de réflexion. La SAMLE va lancer une souscription "Grand Musée" de trois millions sur trois ans auprès de tous les amis de la Légion étrangère : donateurs individuels, entreprises, mécènes…

 

Etre à la hauteur des ambitions du musée

Parallèlement, de 2003 à 2011, les actions du conservateur ont permis la labellisation « musée de France » (janvier 2011) de plus de 8000 pièces formant la collection permanente du musée de la Légion étrangère. Cette distinction est la reconnaissance officielle du ministère de la Culture de la qualité de la collection et de la rigueur scientifique avec laquelle elle est gérée. L’Etat reconnait ainsi l’intégrité de cette collection et sa pérennité ce qui rassure également les donateurs.

Cette collection est actuellement installée dans le nouveau musée dont les derniers travaux extérieurs ont pris fin en décembre 2016.

Aujourd’hui, à l’aune de beaucoup d’espaces culturels, celui de la Légion étrangère poursuit sa réflexion pour faire encore évoluer son concept muséal afin de le rendre plus vivant, plus proche des légionnaires et des visiteurs. Concilier une programmation dynamique avec le plaisir traditionnel de contemplation est un impératif : l’heure est à la sollicitation, l’interactivité, la participation active du visiteur, l’évènement culturel, l’actualité. L’objectif est de continuer à affirmer l’histoire virile de la légion étrangère, tout en prouvant son ouverture. Pour son musée, la Légion veut aller vers d’autres publics, renouveler les modalités du dialogue avec eux : voilà tout son projet «Ambition 2023 ». Notre musée n’est pas seulement un lieu de plaisir esthétique, il est aussi un lieu de sociabilité.

Les commissions scientifiques organisées par le conservateur du Musée ouvrent dès lors des perspectives sur des cycles de trois ans qui donnent de la profondeur pour la maturation des projets. Il s’agit d’imaginer les futures expositions, une nouvelle scénographie ou encore de nouvelles acquisitions. Ainsi, dès 2019 le musée dévoilera sa nouvelle salle OPEX, imaginée par le conservateur, et réfléchit à la valorisation de son patrimoine immatériel (inventaire 2021) dans des espaces dédiés au sein du Musée (apprentissage du français, amalgame, tradition, chants, valeurs, etc.).

Fort de ces nouveaux projets conçus par l’état-major et formalisés dans les directives 2019 – 2025 du général COMLE, la DRP, constatant la baisse des dotations du Ministère, cherche à inventer de nouvelles formes de financement qui pourraient accroitre ses ressources. La SAMLE, de part son statut est un allié avec qui il reste possible d’envisager des formes de financement plus diversifiées (mécénat, fonds privés, partenariat, etc.). A ce titre l’Association reste un atout majeur.

 

Un atout majeur à l'ombre du  musée

Aujourd’hui, l’association SAMLE - ayant pris connaissance des ambitions de la Légion, la levée de fonds du projet « Grand Musée 2011 » étant consommée, les subventions publiques (région, département, ville) étant limitées - se trouve à devoir rechercher de nouveaux partenaires et inventer de nouveaux modèles de financement. Gageons qu’elle saura proposer un modèle économique moderne, pérenne et suffisant, permettant à la DRP de faire rayonner la Légion étrangère à travers son patrimoine.

Elle conservera le rôle humble, qui est son honneur, des serviteurs qui bâtissent dans l’ombre ; car la SAMLE continue à s’inscrire sans sourciller dans les décisions du directeur du Musée, secondé par le conservateur, et dans les actions menées par la division rayonnement et patrimoine (DRP), dans le respect des compétences de chacun

 1) Les directives exprimées par le Directeur du Musée, le colonel adjoint au général (COLADJ) couvrent :

2) Les directives de rayonnement et de valorisation du patrimoine exprimées par la division rayonnement et patrimoine (DRP) couvrent :

 

 

 

Droit Légion étrangère 2018©BRN

 

| Ref : 473 | Date : 22-06-2018 | 15301