28-09-2017 | Ref : 576 | 2554 |

Retour

Quelques nouvelles de la Légion étrangère.

Le 27 septembre, au Château de la Demande à Aubagne, le général Jean Maurin recevait autour de lui les autorités et amis de la Légion étrangère, à l'occasion de la traditionnelle "Réception de rentrée". Au cours de son allocution, il donnait "quelques nouvelles de la Légion étrangère".

 

La semaine dernière, le 2ème REP a fêté Saint-Michel en commémorant tout particulièrement ses noces d’Or avec la ville de Calvi, qui l’a accueilli il y a 50 ans. Je réalisais alors que pour la Légion, c’était la 2ème garnison la plus ancienne, derrière Aubagne, qui accueillit le 1er Etranger, il y a 57 ans. Un régiment dans sa ville, une ville et son régiment, c’est ce que nous vivons ici chaque jour, avec cœur et estime réciproques [...].

Quelques nouvelles de la Légion étrangère

D’ici la fin de l’année, nous aurons achevé notre montée en puissance des effectifs, passés de 7000 à 9000 en trois ans. Cette montée en puissance a été voulue par le Président de la République pour faire face à la menace terroriste islamiste qui nous a frappés dès le début de l’année 2015. Pour la Légion, cela s’est traduit par la création d’une compagnie supplémentaire dans les régiments des forces stationnés en métropole, et par le transfert de la 13ème DBLE des Emirats-arabes-unis (EAU) au camp du Larzac, avec une augmentation de ses effectifs d’une soixantaine à 1300. Cette montée en puissance sera achevée l’été prochain, mais la 13 a déjà participé à plusieurs reprises à l’opération Sentinelle, dès  l’été 2016, et se prépare à intervenir au Sahel début 2018.

 

Un effort considérable, dans un contexte tendu

Depuis deux ans, les régiments de Légion ont fait un effort considérable pour réussir cette montée en puissance. More majorum, ils ont tout donné pour remplir cette mission, avec abnégation et sens du devoir. Je ne citerai que les mutations dès janvier 2015 des nombreux cadres et légionnaires avec leurs familles pour rejoindre Le Larzac sous la neige, dans un camp de passage qui n’a jamais accueilli de régiment. Cette mission s’est également faite dans un contexte ou depuis deux ans, le légionnaire n’a pas vu le sable chaud, mais a arpenté les rues de nos cités pour votre défense dans le cadre de l’opération Sentinelle. Pour ne pas perdre les acquis, les cadres et légionnaires ont sacrifié beaucoup de leurs permissions pour continuer à s’entrainer, à se préparer aux actions extérieures qu’ils attendent aujourd’hui avec patience et détermination.

 

Un effort collectif, sans perdre de vue la priorité de l'opérationnel

Fidèle à ses anciens, le légionnaire est solide, il exécute la mission jusqu’au bout. Mais il souhaite aussi en découdre, et s’y prépare avec la plus grande rigueur. Les régiments de métropole commencent à repartir en opérations extérieures : le 2ème REG (Opération BARKHANE) y est actuellement et le 2ème REI se trouve en Estonie (Opération LYNX). Début 2018, ce sera le tour des régiments Légion de la 6ème BLB, et l’été prochain viendra le tour du 2ème REP. Les légionnaires commencent à voir la sortie du tunnel.

En Guyane, le 3ème REI a rassemblé et préparé un dimanche après-midi en quelques heures une compagnie pour la projeter en urgence aux Antilles pour venir en aide aux victimes du cyclone Irma (Opération IRMA 2017). Elle est rentrée hier à Kourou, fière de la mission accomplie dans l’urgence.

Tout cela est possible grâce à la solidité du légionnaire, qui commence et termine son service ici, à la maison mère, l’alpha et l’oméga de la vie légionnaire.

Tout cela est possible grâce aux régiments des forces et d’outre-mer, qui sont les muscles de la Légion, notre raison d’être de combattant.

Tout cela est possible grâce au travail quotidien, de la plus haute qualité, du Groupement de recrutement de la Légion étrangère et du 1er Etranger. Travail qu’ils réalisent au profit de l’ensemble de la Légion étrangère. Grâce évidemment à l’état-major du commandement de la Légion, qui a conçu, conduit, coordonné et soutenu cette manœuvre.

Tout cela est possible grâce au 4ème Etranger de Castelnaudary, creuset de la Légion étrangère. Il forme, instruit, éduque le légionnaire, les gradés, les spécialistes et les sous-officiers. Sans renfort permanent, mais grâce aux renforts donnés par les régiments de Légion, il a formé la vague supplémentaire des légionnaires (+80% en 2015). Aujourd’hui, son effort est porté sur les spécialistes.

A la manière des anciens, la Légion a réussi cette mission. Avec ses 9000 hommes, elle est solide et est prête à relever les défis futurs, ceux d’une troupe combattante entrainée et victorieuse pour le seul service des armes de la France, avec honneur et fidélité.

 

 



Site Internet de l'Armée de Terre