23-09-2017 | Ref : 574 | 5308 |

Retour

Le 2 REP fête Saint Michel et ses 50 ans de présence à Calvi

Florence Parly, ministre des Armées, s'est rendue le samedi 23 septembre au camp Raffalli à l’occasion du cinquantenaire de l’installation du 2REP à Calvi et de la célébration de la St Michel, patron des parachutistes.

 

1967 - 2017, il y a 50 ans ce prestigieux régiment de la Légion étrangère débarquait sur le port de Calvi en provenance d’Algérie (BouSfer), pour s’implanter au camp Raffalli, à quelques 3 kilomètres du centre-ville. Depuis, son histoire est intimement liée à celle de la ville de l’île de Beauté. Fort d’une disponibilité sans égal et d’un cadre d’entraînement unique, le régiment sait ce qu’il doit à sa garnison, qui lui offre tout ce dont il a besoin pour maintenir son niveau d’exigence opérationnelle.

Pour marquer le cinquantenaire de cette union avec la cité, dont la devise est « Semper Fidélis », le régiment organise depuis le mois de mars et en collaboration avec la ville de Calvi, une série de festivités et manifestations diverses.

 

 

Dès mars, le chef de corps proposait aux Calvais, une aubade de la Musique des parachutistes de Toulouse, avant de dérouler une impressionnante  prise d'armes au cœur de la ville, sur le port de commerce de Calvi, suivi d’un défilé sur le quai Landry. C’était le lancement officiel de cette opération de communion entre Calvi et la Légion. Le colonel Jean de Monicault y prononça une allocution sur les 50 années de présence du 2e REP à Calvi. Ange Santini, Maire de Calvi répondit avec un discours d'une grande sensibilité, de respect, d'amour et de tendresse sur le 2e REP.

 

 

 E août, c’est une très belle exposition de peinture et de photographies d'art « Calvi et les légionnaires parachutistes : 50 ans de destin commun », qui est proposée dans la  salle du Palais des Gouverneurs, à la Caserne Sampiero dans la Citadelle. Le Maire y dira « Depuis 1967 les liens entre notre cité et les Légionnaires parachutistes n'ont fait que se renforcer, à tel point qu'il est difficile aujourd'hui d'évoquer Calvi dans parler du REP, et réciproquement. Il nous est paru évident de symboliser ces cinq décennies de destin commun à travers une exposition réunissant des artistes d'horizons variés : peintres corses, peintres de l'armée, dessinateur de bandes-dessinées, sculpteur et photographe. » 

 

 

 Enfin, les manifestions qui se sont déroulés du 21 au 24 septembre - en présence de la Ministre des Armées, du CEMAT et du général COMLE – ont été le point d’orgue de ces festivités en leurs donnant une dimension nationale à l’occasion de la fête de la Saint-Michel, archange protecteur des parachutistes. Les anciens légionnaires parachutistes des Amicales se sont regroupés avec les plus jeunes de leurs frères d'armes.

 

 

POURQUOI SAINT-MICHEL EST DEVENU LE PATRON DES PARACHUTISTES ?

5 juin 1944. Les hommes du 2e régiment de chasseurs parachutistes/4e régiment du special air service (2e RCP/4e SAS) se préparent à sauter sur la Bretagne occupée. L’aumônier du régiment remet alors à chaque parachutiste une petite médaille à l’effigie de Saint-Michel, l’archange venu du ciel pour terrasser le dragon, représentation biblique de Satan. Parachutés le lendemain, les hommes du 2e RCP rejoignent les 3000 résistants du maquis de Saint-Marcel, un petit village du Morbihan. Repliés dans la campagne bretonne, les SAS adoptent la tactique de guérilla des maquisards et harcèlent l’ennemi à chaque occasion favorable. Dans la dureté des combats pour la Libération, le médaillon de Saint-Michel devient leur signe de ralliement.

En février 1945, l’aumônier du corps français de l’Air propose que Saint-Michel devienne le saint-patron de tous les parachutistes. L’idée est reprise en 1948 par le Père Jego, aumônier des troupes aéroportées. Lors de la célébration d’une messe devant un bataillon parachutiste en partance pour l’Indochine, il termine son homélie par ces mots : « Et par Saint-Michel, vive les parachutistes ».

L’idée s’impose et le 29 septembre 1949, en pleine guerre d’Indochine, la première Saint-Michel est célébrée en la cathédrale d’Hanoï (Vietnam) devant les hommes du 1er bataillon étranger de parachutistes, du 3e bataillon colonial de commandos parachutistes et du 1er régiment de chasseurs parachutistes.

Fêtée depuis par tous les parachutistes, la Saint-Michel est l’occasion de se rassembler autour des valeurs des troupes d’assaut et des traditions propres à la spécialité parachutiste.

 

L’INSIGNE DE LA 11E BRIGADE PARACHUTISTE

Celui que l’on surnomme le « Charognard » représente sur fond de parachute bleu clair, un aigle en position de poser, serres en avant, plongeant vers la mer. L’ancre des Troupes de marine symbolise l’appartenance à la brigade des régiments de cette arme, la couleur amarante représente la couleur du béret, la mer indique la vocation à intervenir en tous points du globe. Enfin, le liseré vert marque le rattachement des légionnaires aux bérets verts du 2e Régiment étranger de parachutistes à la brigade.

 

 LE BERET VERT

Le béret vert a été officiellement attribué au 1er Bataillon étranger de parachutistes en 1948. Il devient officiellement la « coiffure de repos et d’exercice » de la Légion en 1959. Depuis, le port est généralisé à tous les régiments de Légion et ne se porte qu’en tenue de combat. Au 2e REP, l’insigne de béret est le dextrochère des troupes aéroportées.