07-06-2017 | Ref : 559 | 3566 |

Retour

[AGENDA] 14 juil 2017 - Le 4 régiment étranger sur les Champs Elysées

Cette année, c'est le 4è régiment étranger qui défilera sur les Champs Elysées derrière les pionniers et la Musique de la Légion étrangère.

 

1790 - 1880 : de la fête de la fédération, à la fête nationale

La fête nationale ne commémore pas directement le 14 juillet 1789, mais fait officiellement référence à la fête de la Fédération, organisée un an plus tard, le 14 juillet 1790... Après 1789, partout dans les provinces françaises, se sont créées des "fédérations" régionales de gardes nationaux en réaction à l'affaiblissement du pouvoir central. Afin de contrôler ce mouvement spontané, la Commune de Paris, sous l'impulsion de Lafayette, décide de fonder une grande Fédération nationale regroupant des représentants des fédérations locales et de les réunir à Paris le 14 juillet. La cérémonie est censée célébrer une prise de la Bastille mythifiée, mais surtout apporter un semblant d'ordre et d'unité dans un pays en crise.Le jour dit, 14 000 soldats fédérés arrivent donc à Paris et défilent sous la bannière de leur département, de la Bastille jusqu'au Champ-de-Mars. Sur une esplanade aménagée pour l'occasion, une grande messe est célébrée, à la suite de quoi le roi Louis XVI jure de maintenir "la Constitution décidée par l'Assemblée nationale". Les 400 000 Parisiens présents ce jour-là acclament leur souverain : la monarchie n'est donc pas remise en cause. L'aspiration à l'union nationale triomphe et la cérémonie se transforme en grande fête populaire.

Pendant près d'un siècle, la commémoration du 14 juillet est abandonnée. Elle réapparaît en 1880, sous la IIIe République. Le régime, pour se consolider, cherche à construire un nouvel imaginaire national, autour de symboles républicains. C'est ainsi que la Marseillaise devient hymne officiel et le 14 juillet fête nationale. Mais la proposition, qui émane du député de la Seine Benjamin Raspail, n'est pas accueillie unanimement par l'Assemblée. Certains députés mettent en cause la violence du 14 juillet 1789. Et c'est finalement autour du 14 juillet 1790 que se fait le consensus !

Un décret du 6 juillet 1880 instaure un défilé militaire. Cet événement doit alors effacer le souvenir de la défaite militaire subie pendant la guerre de 1870, la perte de l'Alsace et d'une partie de la Lorraine au profit de l'Empire allemand, et fortifier la République qui n'a pas encore dix ans. La première édition du défilé militaire a lieu à l'hippodrome de Longchamp, où il restera jusqu'en 1914. Le défilé du 14 juillet va ensuite perdurer et devenir un incontournable de la fête nationale (lire ci-dessous).

1919 - 1939 : La Légion défile à Paris

Après le 14 juillet 1880, le défilé militaire devient une institution. Le 14 juillet 1919, les maréchaux Foch, Joffre et Pétain défilent à cheval sur les Champs-Elysées - passant même sous l'Arc de Triomphe - pour célébrer la victoire dans la Première guerre mondiale acquise quelques mois plus tôt. Cette année là, la Légion étrangère défile pour la première fois à Paris avec le Général Rollet à la tête du fameux et glorieux Régiment de Marche de la Légion Etrangère. C'est à ce moment que le traditionnel défilé du 14 juillet prend ses quartiers sur l'avenue la plus célèbre de Paris.

En 1939, arrivant d'Algérie à bord du « Sidi Bel Abbés » , via Marseille où le Détachement débarque le 10 juillet au Quai de la Joliette, la Légion stationne au Camp Ste Marthe et défile sous les acclamations des Marseillais, sur la Canebière. Puis les 700 Officiers, Sous-officiers et Légionnaires arrivent ensuite le 12 juillet au matin à la Gare de Lyon à Paris. Ils s'installent alors pour la durée de leur séjour à la Caserne de Reuilly. Le 14 au matin sur les Champs Elysées, derrière le Colonel Robert, chef de corps, défilent les Pionniers, la Musique, le Drapeau du 1er Régiment Etranger d' Infanterie et sa Garde ainsi que les Compagnies du Régiment. Les Parisiens enthousiastes acclament cette Légion dont on parle tant. Pour la première fois les Légionnaires portent le képi blanc. L'initiative du 14 juillet 1939, est due au Commandant Dimitry Amilakvary qui commande la compagnie de mitrailleuses du régiment. Le 19 juillet au matin, le drapeau, la Musique et un détachement quittent, toujours à bord du « Sidi bel Abbés », la métropole. La musique du RICM est là, elle joue « le boudin ». Le reste du Régiment suivra le lendemain.

14 juillet 2017 : Le pas lent et viril de la Légion étrangère

Cette année, c'est le 4e régiment étranger, dont le chef de corps changera cet été, qui défilera sur les Champs Elysées, derrière les célèbres pionniers du 1er Régiment Etranger et la Musique de la Légion étrangère, dans un face à face avec la Nation qui acclamera son attachement à son armée. La Légion sera encore la dernière troupe à pied à défiler au pas lent et viril de 88 pas par minute. Seule unité à défiler avec sa propre musique. Seule unité à ne pas se séparer devant la tribune présidentielle, marquant par-là l'idée d'un bloc indissociable.

Le 4e régiment étranger est le creuset de la Légion étrangère. Ecole d’intégration et de formation initiale des jeunes légionnaires, centre de formation des spécialistes, et école des sous-officiers de la Légion étrangère, il sera mis à l'honneur au regard de l'effort de formation qui  a été réalisé cette année dans le cadre de la remontée en puissance de la Légion au sein d’une force opérationnelle projetable de 77 000 militaires, décidée par le président de la République en 2015.  Engagés, formés et affectés en unités de combat sur le cycle 2015 - 2017, ces légionnaires passés par le 4e régiment étranger auront permis à la Légion étrangère, en trois ans, de constituer douze des trente-trois unités élémentaires supplémentaires de l’armée de Terre.

« More majorum », à l’exemple de leurs anciens, « Etrangers devenus fils de France, non par le sang reçu mais par le sang versé », le 4e Régiment étranger portera ce 14 juillet 2017, en défilant avec de jeunes engagés volontaires devant les plus hautes personnalités de la France, l’image d’une Légion jeune, professionnelle et pleinement investie dans la remontée en puissance de la Force opérationnelle terrestre.

 

 

Dossier de presse 14 juillet 2017 (.pdf / 2,11 Mo)



Site Internet de l'Armée de Terre