07-01-2017 | Ref : 486 | 3126 |

Retour

Histoire de la Légion étrangère

Le 10 mars 1831, le roi Louis-Philippe crée la Légion étrangère, pour l’employer en Algérie.


Après vingt ans de guerre en Algérie, elle s’illustre en Crimée (1854-1855), en Italie (1859) puis au Mexique (1863-1867) où elle livre son 1er fameux combat à l’hacienda de Camaron de Tejeda. Ce jour-là, le 30 avril 1863, les 62 légionnaires du capitaine Danjou tiennent fièrement leur serment de combattre jusqu’à la mort pour fixer les forces mexicaines du colonel Milan et protéger un convoi logistique destiné à la ville de Puebla.

Pendant presque douze heures, malgré des pertes sévères, ils font face à 2 000 Mexicains. Ces hommes livrent un combat à la fois perdu d’avance, lointain et désespéré. Pourtant, leur comportement exemplaire fixe l’esprit légionnaire : ils ont accompli la mission. Dans la vie comme au combat, le légionnaire demeure fidèle à la parole donnée et à l’exécution de la mission, coûte que coûte, quel qu’en soit le prix. Ils sont 36 000 depuis 1831 à avoir honoré, par le don de leur vie, le contrat qu’ils avaient signé.

 


En 1870, lors de la guerre contre la Prusse, la Légion fait partie de l’Armée de la Loire et combat devant Orléans, puis Belfort.

Elle devient ensuite le refuge des jeunes Alsaciens-Lorrains qui refusent de servir dans l’armée allemande. Cette Légion à majorité francophone, va participer à la partie la plus dure de la conquête coloniale, en Indochine, au Dahomey (Bénin), au Soudan (Mali), à Madagascar et dans le Grand Sud Oranais.

 


En 1914, ces hommes d’expérience renforcés par 8 000 étrangers, engagés volontaires pour la durée de la guerre, constituent quatre régiments de marche, regroupés le 11 novembre 1915 en un seul corps : le célèbre Régiment de marche de la Légion étrangère.

Le lieutenant-colonel Rollet, qui commande le RMLE après la mort du colonel Duriez, tué à la tête de ses hommes, ramènera de ces quatre années de guerre le drapeau le plus décoré de l’Armée française.

 


Après-guerre, la Légion augmente ses effectifs jusqu’à atteindre 48 900 hommes sous les armes, au début de l’année 1940. Elle est constituée de quatorze régiments. Certaines unités disparaissent dans la tourmente du mois de mai 1940, d’autres sont dissoutes à l’armistice car elles n’ont plus de raison d’être. Néanmoins, elles obtiennent plusieurs citations à l’ordre de l’Armée pour cette campagne.

Certains légionnaires choisissent la France Libre et rejoignent la 13e DBLE, première unité combattante du général de Gaulle. Par la suite, ils sont rejoints par les régiments d’Afrique du Nord et participent ensemble à la campagne de la libération du territoire national et la campagne d’Allemagne.

 


En Indochine puis en Algérie, les légionnaires sont encore aux avant-postes des combats.

Ils sont de tous les coups durs, de la RC4 jusqu’à Diên Biên Phû, de Batna aux Aurès Nementchas en Algérie, 11 000 des leurs dorment à jamais en terre indochinoise et 2 000 ont perdu la vie en Algérie.

 


Implantée en Métropole depuis 1962, présente en Guyane, à Mayotte, en Polynésie jusqu’en 2000 et à Djibouti jusqu’en 2011, la Légion étrangère se place à la pointe de l’Armée française.

Ses interventions à Loyada en 1976, à Kolwezi et au Tchad en 1978, à Beyrouth en 1983-1984, ont confirmé sa capacité opérationnelle. Une rigueur qui lui vaut de former l’essentiel de la Division Daguet, lors de la première Guerre du Golfe (1990-1991).

En savoir plus  

 


Après avoir servi de laboratoire pour la professionnalisation militaire conduite par la France à partir de 1997, la Légion s’est adaptée aux nouveaux types d'interventions. Elle est présente sur les différents théâtres d’ex-Yougoslavie, d’Afghanistan ou d’Afrique, mais aussi dans les opérations intérieures Sentinelle ou Harpie (lutte contre l’orpaillage) et Titan (protection du centre spatial) en Guyane.

Parallèlement les régiments poursuivent en permanence leur entraînement et le développement des nouvelles techniques (FELIN, numérisation) afin d’être prêts à servir la France à tout moment.



La Boutique de l'Institution des invalides de la Légion étrangère

Site Internet de l'Armée de Terre

Képi blanc