05-01-2017 | Ref : 463 | 14328 |

Retour

3e Régiment étranger d'infanterie

FORCES ARMEES EN GUYANE

Créé en 1915 sous l’appellation RMLE (Régiment de Marche de la Légion étrangère)
Stationné à Kourou
EFFECTIF 650 hommes dont :

  • 477 en mission de longue durée (3 ans)
  • 162 en mission de courte durée (4 mois)
  • 11 légionnaires au GSBdD antenne de Kourou
  • A cela s’ajoutent 70 réservistes, 20 personnels civils et 10 sous-officiers commissionnés.

MARCHE : Anne-Marie du 3
DEVISE : "Légio Patria Nostra"
CONTACT3rei.legion-etrangere.com

Régiment de Légion étrangère en opérations permanentes sur les missions Harpie et Titan, le 3e Régiment étranger d’infanterie (3e REI) est le spécialiste de la forêt équatoriale. Force pré-positionnée dans la zone Antilles-Guyane, le 3e REI assure la protection du centre spatial guyanais, garantissant ainsi des intérêts stratégiques dans le domaine spatial, à l’échelle nationale et européenne.

Il contribue également à la protection de la population et à l’intégrité du territoire de la Guyane. Enfin, le 3e REI est responsable du Centre d’entrainement en forêt équatoriale (CEFE), outil privilégié de préparation opérationnelle.

Le 3e REI est l’héritier des régiments de Marche de la Légion étrangère des 1ère et 2e guerres mondiales. Après la signature de l’armistice, le 8 mai 1945, le 3e REI est engagé en Indochine dès 1946, où il s’illustre au Tonkin, jusqu’à Diên-Biên-Phû.

L’année 1955 est celle de son retour en Algérie, où il participe activement aux opérations de maintien de l’ordre. Après avoir détaché un bataillon à Madagascar en 1956, le régiment y prend garnison en 1962 pour s’implanter ensuite en Guyane française à partir de 1973, au sein du quartier Forget à Kourou.

 

Specificité

Le 3e REI est spécialisé dans le combat en jungle ainsi qu’à la vie en milieu hostile. Le CEFE est un centre d’aguerrissement de l’Outre-mer et de l’étranger (CAOME) à vocation nationale et internationale. Il est le centre français de référence pour les actions en jungle, et propose des stages de combat et d’aguerrissement aux compagnies permanentes du régiment, aux unités stationnées en Guyane ainsi qu’aux élèves en formation d’officier en cycle long (ESM et EMIA) des écoles de Saint Cyr Coëtquidan.

Le stage international «JAGUAR» est devenu une référence et forme nombre de stagiaires européens, nord et sudaméricains, soutenant ainsi la comparaison avec le stage du CIGS de Manaus au Brésil.

 

ORGANISATION DU REGIMENT

Le 3e REI est articulé en quatre compagnies auxquelles s’ajoute une compagnie de réserve.

  • COMPAGNIE DE COMMANDEMENT ET DE SOUTIEN : Comportant une section d’aide à l’engagement débarqué (SAED), ainsi qu’un appui nautique spécifique qui s’ajoute aux soutiens traditionnels, cette compagnie est notamment responsable du Centre d’entrainement en forêt équatoriale (CEFE) et de deux bases opérationnelles avancées, postes permanents installés le long du fleuve frontière OYAPOCK avec le Brésil.
  • 2e ET 3e COMPAGNIES DE COMBAT : Ces compagnies de combat d’infanterie remplissent des missions de surveillance, de renseignement et de contrôle de zone dans le cadre des deux missions principales du régiment, TITAN (protection du Centre spatial Guyanais) et HARPIE (soutien des forces de sécurité luttant contre l’orpaillage clandestin). La forêt profonde est l’environnement de prédilection de ces deux compagnies d’infanterie, les légionnaires y sont déployés en moyenne de 160 à 200 jours par an.
  • COMPAGNIE D’APPUI : Constituée d’une batterie sol-air provenant d’un des régiments d’artillerie de métropole, cette unité tournante à deux sections MISTRAL participe aux missions majeures du régiment, plus particulièrement la protection de l’espace aérien du Centre spatial guyanais dans le cadre de l’opération TITAN.
  • 4e COMPAGNIE D’INFANTERIE DE RESERVE : Composée d’anciens militaires et de civils, cette compagnie participe aux opérations TITAN et HARPIE, en renfort du régiment

 

ENGAGEMENTS OPERATIONNELS

Immédiatement disponible, le 3e REI constitue une réserve de projection de forces armées dans la zone Antilles-Guyane.

PROTECTION DU CENTRE SPATIAL GUYANAIS : lors de chaque lancement (Ariane, Soyouz et Vega) sur le Centre spatial guyanais, le régiment se déploie dans le cadre de l’opération TITAN au sein d’un dispositif interarmées. Les unités du régiment participent à la protection extérieure des zones de lancement, grâce à l’activation de postes des surveillance et de patrouilles, dans le domaine terrestre, aérien et fluvial.

LA SOUVERAINETE DE LA GUYANE : avancées de Saint-Georges de l’Oyapock et de Camopi, ou en étant projetées sur l’ensemble du territoire de la Guyane, les sections d’infanterie effectuent des missions en forêt équatoriale dans le cadre de l’opération HARPIE de lutte contre l’orpaillage illégal (LCOI). Cette opération interministérielle sous l’autorité du préfet de Guyane est conduite en soutien des forces de sécurité intérieure (gendarmerie et police).

PROTECTION DANS LA SOUS-REGION : le régiment est en mesure d’armer un état-major tactique afin d’intervenir, au besoin, dans la zone Antilles-Guyane ou sur le continent sud-américain. En 2004, le 3e REI a ainsi engagé la 2e compagnie de combat au sein du bataillon français déployé dans le cadre de l’opération CARBET en Haïti.