05-01-2017 | Ref : 460 | 3020 |

Retour

Détachement de Légion Étrangère de Mayotte

FORCES ARMEES DANS LA ZONE SUD DE L’OCEAN INDIEN

Créé en 1976
Stationné à Dzaoudzi
EFFECTIF 264militaires dont :

  • 105 en mission de longue durée, dont 21 au GsBbD Réunion-Mayotte
  • 159 en mission de courte durée, dont 6 au GsBdD Réunion-Mayotte

MARCHE : "Soldats de la Légion étrangère"
DEVISE : "Pericula Ludus" (Au danger mon plaisir)
CONTACTdlem.legion-etrangere.com

Le Détachement de Légion étrangère de Mayotte (DLEM) est placé en sentinelle avancée dans l’Océan Indien. Le rôle du DLEM s’inscrit dans les missions principales des FAZSOI (Forces armées dans la zone sud de l’Océan Indien) à savoir :

  • Garantir la protection du territoire national et des installations stratégiques;
  • Contribuer à la préservation des intérêts français et au maintien de la sécurité dans la zone;
  • Assurer la posture permanente de sécurité maritime et contribuer à la lutte contre la piraterie.

Lorsque le 3e REI quitte Madagascar pour s’installer à Kourou en Guyane en 1973, la deuxième compagnie, détachée à Dzaoudzi, prend corps et devient le Détachement de Légion étrangère des Comores (DLEC). Celui-ci prend l’appellation de Détachement de la Légion étrangère de Mayotte (DLEM) en 1976, après la proclamation de l’indépendance des Comores.

En 1984, le régiment reçoit la garde à l’étendard du 2e Régiment étranger de cavalerie, lui-même issu, en 1939, des escadrons du Maroc du 1er REC. Depuis le 1er janvier 2010, le DLEM est rattaché à la Base de défense de la Réunion-Mayotte.

 

Specificité

Bénéficiant d’une situation géographique privilégiée en milieu lagunaire, le DLEM gère le Centre d’instruction et d’aguerrissement nautique (CIAN) fréquenté par toutes les sections de la compagnie tournante PROTERRE. Entre dix et douze stages d’une durée de deux semaines y sont organisés annuellement, destinés à renforcer l’endurance et la rusticité des militaires mais aussi à les former aux missions spécifiques du régiment. Celui-ci compte également un camp de brousse, à Kwalé en Grande Terre, dédié à l’entrainement technique et tactique des unités.

 

ORGANISATION DU REGIMENT

A sa manière, le DLEM a été un précurseur du format d’unités mis en place hors métropole, puisqu’il accueille des unités tournantes depuis les années soixante-dix. Le DLEM est constitué de deux compagnies.

COMPAGNIE DE COMMANDEMENT ET DE LOGISTIQUE (CCL) : Cette compagnie a pour mission de fournir les personnels et les moyens nécessaires au commandement et au soutien logistique du DLEM et des quinze organismes militaires de l’île. Compagnie doublement opérationnelle, la CCL est en mesure d’armer deux sections de combat opérationnelles sur court préavis ainsi qu’un centre de regroupement et d’évacuation de ressortissants en quarante-huit heures.

COMPAGNIE DE COMBAT PROTERRE : Articulée en 4 sections, cette compagnie est armée par des militaires en mission de courte durée (quatre mois ou six mois) provenant aussi bien d’unités du régime général que de la Légion étrangère

 

ENGAGEMENTS OPERATIONNELS

Le DLEM constitue une force de souveraineté française dans une zone éminemment stratégique. Au-delà de sa mission générique de soutien des forces armées de Mayotte, le DLEM est apte à un engagement opérationnel de crise qui peut prendre deux formes :

  • L’engagement sur la base de ses moyens propres au sein d’un groupement tactique interarmes à deux compagnies ;
  • La mise en oeuvre d’une plateforme logistique susceptible de faciliter l’engagement d’unités provenant de l’extérieur.

Le DLEM participe également à tous les exercices organisés par les FAZSOI. Annuels, ils se déroulent la plupart du temps à l’étranger dans un contexte interallié. Bénéficiant systématiquement de tous les moyens interarmées, ces exercices constituent de réels rendez-vous opérationnels permettant de mettre en oeuvre toutes les capacités du régiment.

Depuis sa création, le DLEM a été engagé en 1989 et en 1995 lors des interventions des Forces françaises aux Comores. En 1998, le DLEM arma également un détachement militaire permanent (renouvelé tous les 50 jours) sur les Îles Glorieuses, archipel des « Îles Eparses » françaises, intégrées aux Terres australes et antarctiques françaises (TAAF). Sur demande, le DLEM est apte à mettre à disposition tout ou partie de son matériel au profit d’une mission de service public, essentiellement dans le cadre du plan Cyclone.

Sur réquisition préfectorale, le DLEM participe depuis mai 2015 à la lutte contre l’immigration clandestine terrestre en appui de la Gendarmerie sur l’îlot de M’TSAMBORO et renforce la protection de l’aéroport dans le cadre du plan SENTINELLE depuis novembre 2015. Part importante de sa mission opérationnelle et vecteur de rayonnement, le DLEM assure ponctuellement des stages intitulés Détachements d’instruction opérationnelle (DIO), au profit des forces armées Comoriennes et Malgaches.



La Boutique de l'Institution des invalides de la Légion étrangère

Site Internet de l'Armée de Terre

Képi blanc