Décès du capitaine Benoît Dupin en Afghanistan

Retour
| 20 Décembre 2010 | 28327 vues
Le capitaine Benoît Dupin du 2e régiment étranger de génie (2e REG) de Saint-Christol, est décédé au cours d'une opération de reconnaissance dans la vallée d'Alasay, en Afghanistan.

Agé de 34 ans, le capitaine Benoît DUPIN, s’engage au titre de l’école nationale des sous-officiers d’active (ENSOA) à Saint-Maixent le 1er mars 1997. Nommé sergent le 1er septembre 1997, il rejoint l’école d’application de l’infanterie (EAI - Montpellier), poursuivant brillamment sa formation au cours de laquelle il est remarqué pour ses qualités intrinsèques et son goût immodéré de l’action.

Réussissant pleinement tous ses stages, toujours volontaire et enthousiaste, il est affecté au 2e régiment d’infanterie de marine (2e RIMa – Auvours) le 20 octobre 1997 et y occupe les fonctions de chef de groupe.

Désigné à plusieurs reprises pour participer à des opérations extérieures (OPEX) à Sarajevo (ex-Yougoslavie) en décembre 1998, au Tchad en janvier 2000 et à Skopje (Kosovo) en mai 2001, il fait preuve de remarquables capacités d’adaptation à la tête de ses hommes et d’un très bon état d’esprit.

Désireux de poursuivre une carrière dans le corps des officiers des armes, il prépare et réussit le concours d’entrée de l’école militaire interarmes (EMIA). Il rejoint les écoles de Coëtquidan le 27 août 2002. Rigoureux, véritable meneur d’hommes, s’imposant facilement et avec efficacité sur le terrain, c’est un remarquable pédagogue qui obtient de très bons résultats. Animé d’une vocation inébranlable, le sous-lieutenant DUPIN est un chef épanoui, calme et opiniâtre. Diplômé de l’EMIA, il choisit de servir dans l’arme du Génie.

Promu au grade de lieutenant le 1er août 2004, il rejoint l’école supérieure et d’application du génie (ESAG - Angers). Déjà fort d’une belle expérience en corps de troupe comme en opération extérieure, le lieutenant DUPIN se montre à l’aise dans le commandement. Toujours à l’écoute de ses subordonnés, disposant d’un charisme naturel, il exerce un commandement affirmé et sans excès qui fait de lui un exemple à suivre. Ses qualités de chef le classent parmi les meilleurs.

Affecté le 1er août 2005 au 2e régiment étranger de génie (2e REG – Saint-Christol) en qualité de chef de section en unité de combat, il se montre extrêmement motivé et remplit parfaitement ses objectifs. Totalement dévoué, il obtient d’excellents résultats à la tête de sa section lors d’une mission de courte durée en Martinique d’octobre 2005 à février 2006, puis à Djibouti au sein de la 13e demi-brigade de Légion étrangère en février 2007. Une fois encore, il se démarque par sa volonté farouche et son dynamisme exemplaire afin de tirer le meilleur de sa section lors des différents exercices régimentaires et tout particulièrement au centre d’entraînement au combat d’Arta plage.

Désigné une nouvelle fois pour effectuer avec son unité une opération extérieure au Kosovo en mai 2008, ses qualités d’homme de terrain et de chef charismatique lui valent l’estime de ses légionnaires et la confiance de ses chefs. De retour en métropole, il enchaîne successivement toutes ses qualifications montagne qu’il réussit avec brio.

Promu au grade de capitaine le 1er aout 2008, il occupe d’abord les fonctions d’officier adjoint avant de se voir confier le commandement de la 3e compagnie de combat mécanisée le 9 juin 2010. Pugnace, le capitaine Benoît DUPIN est un officier pointilleux et méthodique. Ne laissant aucune place à l’improvisation, il prépare remarquablement son unité tout au long de la mise en condition opérationnelle avant son départ en opération extérieure.

Engagé à la tête de sa compagnie depuis mi-novembre 2010 en Afghanistan dans le cadre de l’opération PAMIR, le capitaine Benoît DUPIN a été mortellement touché par des tirs insurgés lors d’une reconnaissance à l’entrée de la vallée d’Alasay ce vendredi 17 décembre.

En 2008, le capitaine Benoît DUPIN s’était vu décerner la médaille d’or de la défense nationale. Il était également décoré de la médaille outre-mer avec agrafe en vermeil Tchad, de la médaille commémorative avec agrafe ex-Yougoslavie et Kosovo et de la médaille OTAN. Il s’était aussi vu remettre deux lettres de félicitations à l’ordre du régiment.

Tué au combat, le capitaine Benoît DUPIN était marié et père d’un jeune enfant.

Le général Alain BOUQUIN commandant la Légion étrangère tient une nouvelle fois à assurer la famille et les proches du capitaine Benoit DUPIN de l'indéfectible soutien de toute la communauté légionnaire.